PRESENTATION


Un peu d’histoire

L’AVIP a vu le jour, en juin 2015, suite à la dissolution de deux associations désireuses de se rapprocher pour n’en faire plus qu’une. C’est ainsi que l’Association valaisanne des institutions en faveur des enfants et adultes en difficulté (AVIEA créée en 1967) et la Conférence valaisanne des directeurs/trices d’institutions (CValDi créée en 1981) ont été remplacées par une nouvelle association faîtière.


Champ d’activité

L’AVIP est l’association faîtière des vingt-six institutions valaisannes en faveur des personnes en difficulté.
Ces dernières accompagnent les personnes en situation de handicap, les jeunes fragilisés, les êtres en proie à la précarité et ceux confrontés aux addictions.

Quelques buts

L’AVIP s’est fixée pour but de soutenir les institutions membres dans l’accomplissement de leur mandat au profit des personnes présentant des besoins spécifiques, ainsi que de leur entourage.

Elle met tout en œuvre pour promouvoir et garantir une offre de prestations de qualité aux bénéficiaires des institutions. C’est pourquoi elle veille également aux bonnes conditions de travail des collaborateurs/trices des diverses associations et fondations.

Liens avec l’Etat du Valais

Les ving-sept institutions valaisannes dépendent du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture et du Département de l'économie et de la formation. Cela signifie qu’elles traitent régulièrement avec les services cantonaux de l’action sociale et de la jeunesse ainsi qu’avec les offices de la coordination des institutions sociales et de l’enseignement spécialisé.

Quelques chiffres

Dans le secteur du handicap et des dépendances, les structures valaisannes offrent environ 1000 places en hébergement, 700 en centres de jour et 1000 en ateliers.

Au niveau de la jeunesse, les institutions disposent de quelque 200 places spécialisées.
Les offres en matière d’enseignement spécialisé concernent environ 300 élèves.
Les institutions membres de l’AVIP comptent quelque 2000 emplois plein temps (EPT).

Plus d’information ?

Consultez directement les sites des institutions, sous rubrique « membres ». Vous pouvez aussi vous adresser au secrétariat général en cliquant sur « contact ».